Chalets-perigord-nature.fr pour des vacances en Perigord !

Accueil   |  Nos Chalets  |  Tarifs  |  Situation  |  Contact   Nos Vergers |  Nos Partenaires

      

       

      Chalets-perigord-nature.fr

      Nos vergers de noyers et de châtaigniers

      Nos chalets sont situés dans le prolongement de l’exploitation agricole que nous avons reprise et transformée en 1999.

      Constituée de 12 ha de surface agricole utile, la ferme familiale accueillait un petit troupeau de vaches allaitantes de race limousine (10 mères), une petite production de tabac et 2 ha de noyers en production.  Ces activités n’étaient plus viables sur de si petites surfaces.

      Nous avons donc transformé l’exploitation pour développer les vergers sur 9 ha et installer des chalets en bordure du hameau.

      Nos vergers :

      6.5 ha de noyers  De variété Franquette, Grandjean et Fernor

       

       

       

       

       

      Le Périgord est certainement un des berceaux de la noix.
      On retrouve en effet la Noix du Périgord, il y a 17 000 ans, dans les habitations de l'homme de Cro-Magnon et à l'époque azilienne dans un gisement de Peyrat à côté de Terrasson en Dordogne.
      Sa valeur était telle que, déjà au Xe siècle, les paysans acquittaient leurs dettes en setiers de noix. En Périgord, au XIIIe siècle, les baux étaient versés en huile de noix à l'abbaye cistercienne du Dalon. L'huile de noix était considérée comme un bien aussi précieux que l'or.
      C'est d'ailleurs l'huile de noix qui contribua tout d'abord à la fortune de la région.
      Son utilisation fut multiple. Elle permettait d'éclairer les humbles masures ou les plus majestueuses cathédrales. Elle faisait le bonheur des peintres ou celui des belles qui se savonnaient le corps au savon mou.
      En 1730, les trois-quarts des paysans n'utilisaient que celle-ci pour la cuisine.

       

      Syndicat professionnel de la noix et du cerneau de noix du Périgord

      Lien vers http://www.noixduperigord.com/accueil.html
       
       

       

      2.5 ha de châtaigniers

      De variété Bouche-de-Bétizac essentiellement

      (quelques arbres de variétés diverses sont dispersés dans le verger pour faciliter la pollinisation)

       

       

       

      Déjà largement présent au Moyen Age, le châtaignier se développe particulièrement durant les 18ème et 19ème siècles avec des châtaigneraies s’étendant sur plus de40% de la surface de la Dordogne, du Lot, de la Corrèze et de la Haute-Vienne.

      Mais dès la fin du 19ème siècle, l’exode rural, les abattages massifs pour l’industrie des tanins, la concurrence avec les cultures céréalières et fourragères ajoutés à une maladie du sol provoquant le dépérissement des arbres,la chataigneraie connaitra un déclin important. En 1920, des mesures seront prises pour réglementer l’abattage pour la production de tannins et une recherche sera engagée pour luter contre le dépérissement du châtaignier. Des plants issus de nouvelles variétés seront alors attribués aux producteurs désireux de replanter. Le Périgord Limousin a bénéficié d'une relance de la production très importante au milieu du 20ème siècle, grâce notamment à des nouvelles variétés créées à cette époque. Depuis près de 30 ans, châtaigneraies traditionnelles et vergers plantés en ligne coexistent. Les fruits obtenus dans ces nouveaux vergers plantés de variétés sélectionnées sont de gros calibre et sont en majorité des marrons, plus rapides à peler. Les châtaigneraies traditionnelles, globalement en déclin, bénéficient depuis peu d'un regain d'intérêt et commencent à être réhabilitées pour partie

      Union interprofessionnelle de la châtaigne du Périgord Limousin

      Lien vers http://www.marronduperigord.fr/

       

       

      Nos vergers sont conduits en agriculture biologique, fertilisés avec du compost et des engrais organiques.

      L’irrigation s’effectue au goutte-à-goutte pour les vergers les plus jeunes, puis par des micro-jets suspendus dans les arbres, dès qu’ils commencent à produire.

      Le plus compliqué est d’éviter la concurrence de l’herbe qui ralentit le développement de l’arbre et le grossissement des fruits : la tonte est alors la principale contrainte du printemps jusqu’à la récolte.

      La récolte des châtaignes s’effectue mécaniquement pendant la 2ème quinzaine de septembre (variété précoce). Avant d’être livrées en coopérative, les châtaignes sont « trempées » dans un bac rempli d’eau, pour retirer les fruits verrés ou non remplis qui vont naturellement flotter.

      Ensuite démarre la récolte des noix qui s’étale généralement sur tout le mois d’octobre. La récolte est elle aussi mécanisée, puis les noix sont lavées, triées et séchées dans de grands fours, avant d’être livrées en coopérative.

      Nous ne valorisons pas nos produits en vente directe ; Cependant, si vous faites un petit séjour chez nous, vous aurez l’occasion au cours des longues soirées apéritif de juillet août (chaque samedi soir) de déguster notamment notre vin de noix et nos cerneaux de noix.

      Et pour ceux que cela intéresse, Jean-Roland se fera un plaisir de vous proposer une visite guidée des vergers

       

       

       

       
       

       

    Chalets-perigord-nature.fr

    Jean- Roland LAVERGNE et Bernadette BOISVERT - Côte de Reille - 24250 CENAC ET ST JULIEN

    Tél 05 53 29 38 63 ou 06 71 96 38 86

Mentions Légales © Chalets-perigord-nature.fr